JOSSE LA TEMPÊTE DE SOIE

Le romantisme avait la liquidité des tempêtes et des passions. Il affluait comme le fleuve des passions déchainées et s’épandait sur ma solitude qui pleurait le mal de mon siècle. Mais avec un grand champ de taffetas, lorsque vers moi le vent l’incline frémissant Christophe Josse et sa magie apparaissent, comme une brume des songes où sont concentrés tous les parfums du monde, le charme du baiser, et le pouvoir de l’artiste.

C’est la fille aux cheveux de taffetas de soie qui avance sur la chanson « The Strange Little Girl » qui n’est pas si étrangère pour nous. Harmonies des songes d’une nuit d’hiver où le confinement exacerbe nos sens à ne plus en finir, fluidité de la matière qui rappelle l’enfance et sa chemise qui l’été apportait fraîcheur et bonheur.

Je pense à la chaleur que tisse la parole autour de son noyau, un rêve que l’on appelle nuit et qui défait de ses mains des broderies d’une blouse roumaine ornée d’un rébus métallique qui purifie les paysages circulaires dans cette ville préparée au carnage et au sacrifice de l’artiste enfermé dans son atelier. Des sandales de corde gainées d’or pour marcher dans l’atelier, lieu de confinement, et ouverture à tous les rêves de promenade sur la plage de demain.

Anonymode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s