CES MESSIEURS DE LA FAMILLE

Les sommets ont la propriété de faire venir d’en haut la foudre, mais on oublie souvent que c’est d’en bas que provient la lapidation. Alors expliquer que la discrimination et le harcèlement sexuel sont courants tant pour les femmes que pour les hommes hétéros qui traîneraient par erreur dans la profession de la couture, n’est pas un euphémisme. Bienvenue dans le monde extravagant de la drogue, du sexe et de la discrimination, promotion planche à repasser, où les Seigneurs, d’autrefois, se sont transformés en pignoufs d’aujourd’hui, et qui n’ont retenu qu’une seule chose, le droit de cuissage.

Apprendre à devenir insensible aux indélicatesses et tromperies de certains devient presque une habitude, mais la chimie des psychotropes aide souvent beaucoup à passer le stade de l’inhibition permanente. Nous ne faisons pas partie de la presse que vous connaissez ! Mais, celle qui influence les médias sociaux, par opposition à celle qui, à la botte des marques de luxe, se transforme en homme de cour, singe manqué de l’Arétin, charlatan trompeur, bâtard de Diogène, mordant la main ou la fesse de ceux qui la nourrissent sans distinction. Mais avec ces génies des « quatre pattes », il y a une règle que le seigneur des Arnault donne souvent : entre un con que je connais et un que je ne connais pas je choisis toujours celui que je connais, et j’anticipe ainsi ses réactions.

La voix du cœur est toujours entendue par les masses. Pensez-vous que faire un article sarcastique, humoristique et grinçant soit dégradant pour un marque ? Eh bien non, cela ne nuit en aucun cas à celle-ci. Bien au contraire, il y a une vertu peu connue, selon des psychologues, on retient mieux avec l’humour qu’avec le bruit assourdissant du banal.

Certains patrons perdus dans leur tour d’ivoire ne savent plus rien du fonctionnement de leur propre usine à gaz tentaculaire. Comprendre et savoir ce que l’on vous cache dans sa propre société devient un enjeu, et souvent ce dernier est informé par des influenceurs ou des lanceurs d’alerte sur la propre marche de son entreprise et découvre des choses ahurissantes. Nous sommes les Bouffons du Roi d’autrefois. Mais à décharge, passer d’une maison familiale à un trust international vous coupe de votre base et de la réalité du monde. C’est pour cela que l’on peut voir souvent le Seigneur regarder la concurrence dans les boutiques de son propre groupe pour visionner parfois ces propres produits.

Les patrons, qui souvent sont des héritiers, ont le syndrome de Louis XIV, celui d’être un dictateur dans une citadelle imprenable et inaccessible, mais c’est mal connaître Louis XIV qui était, avant d’être un dictateur, un créatif né, mais surtout un visionnaire pour son pays, la France. Il va faire rayonner celle-ci par l’intermédiaire de l’artisanat Français. Et pour être moins isolé par ses hommes de cour qui ne donnent pas le vrai, le Seigneur s’entoure de sa famille, sans savoir que » nous sommes toujours trahis par les « chiens ». Un comble non ?

Anonymode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s