VUITTON EN VERT ET CONTRE TOUS

Fan du choc des temps, Nicolas est souvent difficile à comprendre avec son doigt effleurant les références historiques, qu’il est le seul à connaitre, à l’image des chaises sur lesquelles nous étions assis. Il brouille le message Louis Vuitton mais comme la marque n’a pas de culture de mode, il peut se le permettre. « Si le passé pouvait nous regarder » veut-il nous dire. Une ambiance verte allait servir plus aux internautes, qu’à ceux présents sous la coupole de verre de la Samaritaine. Les bitumeuses venus voir le défilé dans le futur château cash machine du Seigneur des Arnault s’étaient mis au vert.

Des caméras télécommandées en forme d’insectes montées sur de minces pattes tournaient autour des aficionados assis sur des chaises Thonet (Ébéniste Germano-autrichien qui utilise un procédé pour courber le bois ). S’enfonçant dans la fluidité des genres, ce qui rajoute une couche de complexité sur ce défilé, il met en scène dans le palais de l’Art Nouveau pour un mélange des genres et des époques qui nous laisse pantois.

Simple T-shirt marin à manches courtes et pantalon large orné de broderies étincelantes, ou pantalon en cuir noir avec un débardeur sexy de couleur crème éclaboussé du mot « Vote » pour un clin d’oeil invitant à voter Trump (lui avait soufflé probablement l’italienne engagée de Dior ) faisant au passage plaisir au Seigneur des Arnault qui veut voir ses usines des États-Unis continuer à tourner à plein régime.

Il est certain que Ghesquière n’a pas hésité à s’éloigner des silhouettes Vuittonesque et de ces manteaux aux épaules larges avec pantalons du même genre qui vous transformaient en Bibendum Michelin. Ici, nous pouvons voir un mélange de rayures marines, ou un imprimé strié qui semblait avoir été éclaboussé d’argent en fusion, mais pour la maison un symbole qui montre la face cachée de la lune, que le fils du Seigneur avait l’air d’apprécier pleinement.

Beaucoup de sacs sur le podium, même un sac en crocodile de la couleur du caramel, réhaussé d’une lourde chaîne en or. Un autre sac souple avec des plis en accordéon qui portait le monogramme LV, faisant ainsi de la marque celle qui contribue à la disparition des crocodiles mettant ainsi le logo de Lacoste exsangue pour les générations futures. On peut le dire J’acoste dans sa vison des « Ailes du Désir » en hommage à Bruno Ganz de Wim Wenders projetées sur les murs de ce nouveau palace de Paris.

Anonymode

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s